BD et finance : une recette qui marche

Pierre Paquet a frappé fort en décrochant une préface d’Alain Louyot, rédacteur en chef de l’Expansion pour la dernière série que publie sa maison d’édition : Think Tank.

C’est très bien joué de sa part. Nul doute que les lecteurs du magazine financier qui auraient envie de lire une autre BD que Largo Winch sauront quoi feuilleter lors de leur prochain passage à la Fnac !

  • Aaaaah, BD et finance, la mine d’or actuelle des éditeurs ! N’empêche que la déferlante des thrilles financiers apporte pas mal de déceptions, je trouve. En dehors de quelques exceptions, c’est souvent assez nul (le pire que j’aie ouvert : Trust, chez Casterman).

    Parce qu’un bon technicien (journaleux ou économiste) ne fait pas forcément un bon scénariste. *râle*

    Je m’emporte, mais c’est un sujet qui me tient à coeur…

  • Je pense sincèrement que l’avenir est à la collaboration à plusieurs scénaristes (dont un consultant) pour ce genre de BD pointue qui nécessite une connaissance approfondie de tel ou tel domaine.

    Et puisqu’on parle du domaine de la finance :
    http://tourriol.wordpress.com/2008/04/11/deconnade-boursiere-contre-reprise-en-main-salutaire/

  • Peut-être, peut-être… Je pense que c’est surtout valable quand un spécialiste du domaine (de tout domaine particulier, d’ailleurs) veut utiliser ses connaissances pour en faire une BD.

    Par contre, je suis persuadé qu’un bon scénariste (bien documenté) peut s’en sortir sans spécialiste à ses côtés. Une histoire qui ne reposerait que sur des subtilités techniques me semble présenter un intérêt assez limité. Au contraire, des personnages intéressants et un déroulement d’intrigue bien agencé me paraissent bien plus importants : après, il suffit que ce soit réaliste sans forcément aller trop loin dans la précision.

    Bien sûr, là je parle de BD grand public. Après c’est sûr que si on veut séduire une clientèle techniquement plus pointue, on doit peut-être aller plus loin dans la précision de l’environnement de l’histoire… Mais ça me paraît dangereux, tant sur le plan scénaristique que commercial.

    Un sujet à creuser en tout cas !