Envoyer un dossier BD à un éditeur

Une lectrice de ce blog m’a récemment posé une question sur la manière de soumettre un projet de bande dessinée à un éditeur. Voici sa question :

Lorsque j’aurais fini ma BD, et si je souhaite la faire paraitre, devrais-je montrer des croquis aux éditeurs ou pourrais je leur présenter directement la BD intégralement finie et illustrée ?

Mon premier conseil, c’est de ne pas finir sa BD avant de la soumettre à un éditeur. Chaque auteur de BD est un génie potentiel, certes… mais ça n’est pas ce qui empêchera un éditeur de vouloir ouvrir le capot et trifouiller dans le moteur. En gros, si on finit sa BD avant de la montrer, ça prouvera une certaine détermination, d’une part, mais aussi un réel manque d’expérience professionnelle, d’autre part. En effet, même si chaque éditeur a sa propre politique pour valider un dossier de présentation de projet BD, on peut dégager quelques grandes lignes.

En gros, voici ce que l’éditeur veut avoir, au minimum, avant de se pencher sur un dossier : un pitch, des planches de démonstration, un synopsis d’une page.

Le pitch

En trois phrases bourrées de mots-clés, c’est le résumé ultime de l’histoire, suffisamment épicé pour attirer l’attention et la curiosité de votre premier lecteur (l’éditeur, donc). Ne gardez pas vos meilleures cartouches pour la suite de la bataille : tirez votre plus gros calibre tout de suite, en visant là où ça fait mal. Les arguments massue doivent figurer dans le pitch. Les surprises aussi. Même le cliffhanger, s’il est très fort. Si vous n’accrochez pas l’éditeur à la première lecture, votre dossier finira très vite à la poubelle et vous recevrez une belle lettre-type d’encouragement. Ou une lettre-type nulle, ça dépend des éditeurs, en fait.

Les planches démo

Les planches BD doivent être encrées et lettrées, la couleur étant un plus mais pas forcément obligatoire car les éditeurs ont toujours des coloristes en demande de travaux dans leur carnet d’adresses. Comptez au minimum trois planches consécutives (une séquence), bien finies (donc pas seulement crayonnées mais bien encrées), dialoguées et lettrées. Sans fautes dans le lettrage si vous voulez bien vendre votre talent d’écriveur.

Si vous mettez d’autres planches, c’est mieux. Attention cependant : privilégiez la qualité à la quantité. Mieux vaut trois planches de tuerie que trois planches de tuerie + deux planches moyennes. L’éditeur cherche avant tout le maillon faible pour pouvoir traiter ce dossier rapidement : plus vite il tombera sur un point faible, plus vite il aura un prétexte pour vous envoyer une lettre-type. Plus il reste sur votre dossier, plus il aura envie de le pousser jusqu’au bout.

Le synopsis d’une page

Comme pour le pitch, il faut faire court si vous voulez être lu. Donc c’est inutile de développer votre histoire sur trois pages pour montrer à quel point elle est compliquée. Si vous maîtrisez votre projet, vous devez être capable de concentrer en une page l’essentiel de votre intrigue. Alors, bien sûr, il y aura toujours des guides officiels qui vous diront qu’il faut un résumé complet de toute la saga, blablabla, etc. Mon cul ! Dans la vraie vie, les éditeurs reçoivent des piles de dossiers qui s’entassent sur leur bureau. Ils ne vont pas lire un roman. Ils vont aller droit au but. S’ils sont accrochés par votre dossier « court » (pitch, planches de démo, dessins de personnages, synopsis), ils ne manqueront pas de vous contacter pour en savoir plus. S’ils ne sont pas intéressés, hop, lettre type et basta.

Rendez-vous service, rendez-service à tout le monde : faites court et efficace. C’est aussi un bon moyen de lutter contre le désespoir de la lettre type. J’entends par-là qu’essuyer un refus de ce genre est plus facile à encaisser quand on a fait un dossier court que quand le dossier fait la taille d’un annuaire. Et comme ça, vous n’épuisez pas vos ressources de volonté. Vous gardez le feu sacré. Vous gardez la gagne, comme quand on écoute la musique de Rocky. Vous mordez l’idée ?

  • Merci pour toutes ces infos precieuses ! Une autre question : quel est le format a adopter pour la planche demo ? A4, A3 ?? Merci !

  • Voici la méthode la plus simple à mon avis : le dessinateur bosse sur du A3 dans un cadre homothétique à celui de la publication visée et le dossier est envoyé en utilisant des réductions A4 laser de bonne qualité.

  • Merci beaucoup pour ces précisions ! Et aussi pour le blog qui regorge d’infos :)

  • nan en fait c une question : si ma bd c’est pas des planches avec des cases, mais une image par page avec du texte, un truc illustré, quoi, mais avec un texte ardu philozophico poético barré ? J’envoie quand même juste 1 ou 2 planches ?

    merci tout plein
    ju

  • Si ta BD, c’est une image par page avec un texte ardu, essaie plutôt de draguer les journaux et les magazines qui publient ce genre de choses dans leur pages BD / strips. Parce que pour publier ça directement en album, faut se lever tôt.

  • Ludovic

    Hum…
    En fait, j’ai plusieurs questions: comment faire encrer sa bD et, si je ne suis pas majeur (13 ans) puis-je quand même faire éditer ma Bd?

  • Pour faire encrer sa BD, le mieux est de faire appel à un encreur. Un bon, de préférence. Si t’es pas majeur, tu peux quand même être édité, ça n’a aucun rapport. D’ailleurs, si tu couches pour réussir, tu peux même faire chanter le patron, c’est un avantage.

    • eros

      loooool j’adore ton commendataire mort de rire looooooooooool

  • b.bruce

    petites questions: l’editeur qui peut et veut trifouiller ce qu’il y a sous le capot peut il faire changer totalement fil conducteur d’une histoire? J’ai un projet, je ne sais pas si je vais vouloir le partager en l’editant mais j’y pense. Ce projet est tres avancé au niveau de l’ecriture voire presque terminé.

  • b.bruce

    qd on a déja un emploi et que l’on se lance sérieusement dans ce genre d’activité comme on s’adonne à une vraie passion, l’editeur pose t il de grosses contraintes au niveau des délais? (d’où l’idée d’avancer le plus possible dans ses travaux avant de présenter quoi que ce soit..) merci d’avance! Garder tous la pêche ;)

  • Tout dépend du projet et du format de publication. Si c’est un album auto-conclusif, il n’y a pas de raison de mettre une pression extraordinaire pour tenir des délais arbitraires. Quant à mettre le nez sous le capot, certainement, mais là, ça dépendra du rapport entre l’auteur et l’éditeur.

  • Bonjour,
    Je suis en plein dans cette étape de démarches… Mais, sur 7 dossiers envoyés j’ai déjà reçu 3 lettres types. Une petite question s’impose à moi :
    A quel point et de quelle façon est-il intéressant de reprendre contact avec le service édition ? (En d’autres termes, de les relancer sur base du même projet). Car, c’est très bien de savoir que l’on entre pas dans leur politique éditoriale mais comment la connaitre si on est déterminé à redresser le tir au besoin.

  • Rien ne remplace une rencontre en vrai. Donc si tu peux avoir un retour en direct en montrant ton matos sur un salon, c’est le mieux. C’est possible sur le festival d’Angoulême ou sur le salon du livre de Paris, par exemple.

    Sinon, la politique éditoriale, tu la déduis de leur production récente. Et si c’est pas clair, tu peux demander des précisions, mais t’auras sans doute pas de réponse. Pour avoir une réponse, il vaut mieux renvoyer le dossier modifié en tenant compte des remarques. Mais à partir d’une lettre-type, c’est pas évident, hein ?

  • Cécile

    Bonjour,

    Et si on a déjà une idée précise d’un scénario mais qu’on ne sait pas dessiner, comment trouver l’âme soeur (frère) avec qui monter un projet?
    Je précise que j’ai travaillé longtemps en télé et que j’ai trop le sens visuel lorsque je rédige une nouvelle me dit-on, j’en oublie les autres sens… j’ai aussi longtemps fait du montage de docu du coup j’ai pensé à la BD que j’adore. J’aimerais raconter une histoire contemporaine réaliste façon Posy Simmonds dans Tamara Drewe (Delanoel Graphic), j’ai l’idée, le pitch, rédigé 60 page de nouvelle à réécrire si je change de support.
    Des idées à me soumettre?

    Mille mercis!

    • Cécile,

      Si tu as déjà une histoire à raconter et une expérience à faire valoir devant un éditeur, ça devrait bien te simplifier la vie. Ta priorité, c’est de trouver un dessinateur pour illustrer un dossier de présentation à destination des éditeurs. Après, il te faut également cibler les éditeurs qui correspondront le mieux à ton récit. Dans ton cas, ça peut effectivement être Denoël ou KSTR, par exemple. Ensuite, tu envoies ton synopsis avec deux ou trois planches de démo, ton CV, et déjà, tu verras si ça mord.

      Sans dessinateur, c’est dur de contacter un éditeur. En tout cas, à moins d’être une vedette, c’est compliqué.

      Pour trouver un dessinateur, tu peux chercher sur le net ou visiter les salons BD, notamment ceux qui permettent aux fanzines d’exposer. Tu peux aussi faire appel à un agent.

  • J’ai un projet bd…
    Pistonne moi Edmond ! ahah

    je suis serieux.

  • Il est bonnard, ton blog.

    Je suis pas assez vedette pour pistonner qui que ce soit, hélas. Et de toute façon, je ne joue pas le rôle d’agent. Je monte des équipes de collaborateurs. Genre, je branche des scénaristes avec des dessineux pour faire avancer des projets, tout ça.

    Bref, si ça te branche, je peux te proposer une collaboration sur un projet BD humoristique.

  • Yosh! Post très informatif! Surtout que je suis en plein dedans! Les éditeurs demandent 3-4 pages de scénario, mais comme tu le dis, je doute qu’il lise le tout… J’ai suivi leurs consignes mais si j’avais lu ton post plus tôt, j’aurai fait plus court…

    Ton blog figure dans mes favoris dorénavant!

    • Bien ! Je viens de rendre visite au tien. J’ai croisé un petit gros en sueur sur un vélo. Il m’a traité de connard. Va comprendre.

  • loumaar

    bref que l’on cherche un éditeur pour un roman ou une BD, même galère!!!
    j’ai dans ma p’tite tête un scénario,tiré de mon manuscrit qui n’a toujours pas trouvé preneur. Histoire d’un pilote en 42/43 qui combat en Afrique du nord puis en URSS. Bref, il me faut trouver un illustrateur.

    • En tout cas, tu devrais proposer ton script aux éditions Paquet. Ils ont une collection « Cockpit » qui serait parfaite pour ce que tu veux raconter.

  • Bonjour, je voudrai savoir si le dessin influence beaucoup les editeurs ? Je suis très critique envers moi même et je pense que mes dessins ne sont pas vraiment à la hauteur pour être édité…

    • Est-ce que le dessin influence les éditeurs de BD ? Mmmh… Non. Ils ne s’intéressent qu’au scénario. Je connais des dessinateurs de BD qui sont aveugles. D’autres qui ont cinq ans. Un homme tronc. Et un cadavre, aussi.

      Tu doutes de l’éditabilité de tes dessins ? Dans ce cas, il est probable que, malgré ce que je viens de dire, un éditeur de BD en doute également.

      Mon conseil : entraîne-toi à dessiner jusqu’à ce que tu cesses de douter. Là, tu montres tes dessins à un éditeur. Il t’incendie. Tu te remets à douter. Tu t’entraînes encore. Et tu remontre ton travail à l’éditeur (le même ou un autre). Et tu recommences jusqu’à ce que ça marche.

      Allez, au boulot !

  • salut,voilà mon problème je suis dessinateur et je travail sur 3 projets dont 2 déjà envoyé à des éditeurs et pour le moment j’ai eu que des réponses négative je suis vraiment démoralisé je me demande si je doit continuer?dans l’attente d’une réponse je te souhaite une bonne journée.victor

    • Salut Victor… avant de te donner mon avis, j’ai besoin de deux choses : voir tes dessins et connaître ton âge.

  • j’ai 41 ans,et tu peut voir un échantillon de mes traveaux sur le site bdguest!en tout cas merci d’avoir répondu à mon message.

    • Mets donc un lien direct pour voir tes dessins, ça sera plus facile.

  • tu vas sur bdgest et tu tape victor mendes et voila tu tombe sur ma galerie

  • salut Edmond,alors as tu vue mes planches sur le site bdguest?si non je peut envoyer via mail ou bien par mms à bientôt.victor

  • J’attends le lien, mec. Sinon, tu peux m’envoyer des JPG, oui.

    Des JPG. Pas des TIF ou des PSD.

    Et pas non plus un paquet de JPG dans un ZIP ou un RAR.

    Juste des JPG. Et pas cinquante. Tes 5 meilleures planches de BD feront l’affaire.

  • ok va sur facebook profil alison dublanchy et demande à être son amie c’est ma copine.si non c’est sur bdguest au nom de « mendes3 »

    • Laisse tomber, je crois que je comprends pourquoi t’as du mal à te faire éditer.

  • explique stp

    • Ben, hier matin, je t’ai demandé un lien pour voir tes pages et là, j’attends encore.

  • le lien c’est sur bdgest j’ai un portefolio avec le pseudo mendes3 j’ai internet uniquement via mon smartphone.voici mon adresse mail comics.mendes@yahoo.fr tél 0683835751

  • Zeb Freon

    Bonjour,

    Avant toutes choses merci de nous faire partager ton expériences et de diffuser tes précieux conseils!

    Une question oh combien pratique; Impôts déduits, quel rythme de dessin faut il avoir pour avoir une activité disons viable…? (j’entends sans activités annexes et pour un nouveau venu dans la profession, pas un Nom)
    Je crois que cela se chiffre en nombre de planches? Alors combien en faut-il par semaine ou mois?

    Et une autre question, un peu liée; si on fait de la bd en amateur (en sus d’une autre activité) quel rythme est en général imposé par l’éditeur pour sortir un album unique?

    Merci

    • Salut Zeb Freon. Super classe, ton nom.

      Quel rythme de dessin ? Aucune idée, je ne suis pas dessinateur. A toi de voir de combien tu as besoin pour vivre et combien tu peux vendre ton travail. C’est aussi simple que ça.

      Quand tu parles de BD amateur, tu parles de fanzine ? Même là, il y a plein de configurations possibles. Dans la BD, il n’y a pas vraiment de règle absolues. Tout se joue au cas par cas.

      Le plus important, c’est vraiment de tenir tes engagements. La dernière chose dont tu as besoin, c’est de te traîner une réputation de branleur qui ne tient pas ses délais.

      Après, les délais, ça se négocie. Mais c’est mieux si ça se négocie *avant*.

      • domage que tu puisse pas me donner ton avis mais je te remerci quand même pour ta patience et pour ton écoute sur ce site à bientôt.

  • Zeb Freon

    Oki, merci!
    Tout est une question de négo entre l’éditeur et l’auteur, donc.
    Quant à la BD « amateur » je me suis mal exprimé, je voulais dire « faire de la BD en plus d’une autre activité », mais tu as répondu tout de même.
    Une autre question; pour la colorisation, est il préférable de travailler à l’ancienne (à l’encre, peinture…) ou par des logiciels type photoshop? J’entends, du point de vue de l’éditeur… Préfèrent ils l’une ou l’autre ou cela dépend-il de l’éditeur?

    • Pour la couleur, ils préfèrent payer le moins cher possible. Donc le mieux, c’est ce que qui te prend le moins de temps.

  • Pingback: 2010, c’était hier « En Français dans le Texte()

  • Bonjour,

    Voilà, j’me présente, Alicia. 14 ans. je dessine depuis 7ans, et j’veux devenir mangaka (j’penche plus pour les dessins mais j’fais aussi mes scénarios… x’).) :’)

    http://ringo-drawing.skyrock.com/ sur mon blog je mets tout mes dessins et résumés, et j’aimerais bcp avoir ton avis ^^

    Et juste une question: quand je dessine mes planches, j’écris directement le dialogue dans les bulles ou ce sont d’autres personnes qui s’occupe des maquettes qui le fond directement à l’aide d’un dialogue à part?

    Merci d’avance, Alicia.

    • Salut Alicia,

      Les quelques dessins que j’ai vu sur ton Skyblog sont très jolis. Bravo. J’aimerais en voir davantage.

      L’idéal pour toi est de t’ouvrir un compte sur Deviant Art ou bien tout simplement un vrai blog sur WordPress ou Blogger. Quelque chose de plus facile à naviguer que ce que propose Skyrock, en tout cas. Et de plus pro.

      Pour l’instant, c’est mieux si tu es capable d’écrire toi-même tes textes dans les bulles. Après, l’éditeur peut payer quelqu’un pour le faire à ta place (ou embaucher un stagiaire esclave, comme ils le font chez certains). Si tu le fais toi-même, tu es sûre de la qualité et tu peux négocier ta paie à la hausse.

      J’ai hâte de voir tes planches !

  • zomblarf

    Salut et merci pour ses infos :-)
    J’ai des petites questions :

    -Est-il important de préciser le nombre de pages qu’on a déjà faite ?

    -Et quand aux planches… est-ce qu’on doit en mettre 3 maxi ?

    -Elles doivent forcément se suivre ou bien on peut mettre celle qu’on trouve les plus sympa sans être obligé de mettre celle du début ?

    -ah oui !!! Pour protéger ses droits et oeuvres c’est lequel le plus intéressent ?

    Merci pour ta réponse et pour ton site ;-)

    • Plutôt que de préciser les pages déjà faites : *envoie* les pages déjà faites.

      Trois planches maxi ? C’est comme tu veux. Trois, c’est bien. Ni trop ni trop peu. Si tu en mets six et qu’il y en a une qui est naze dans le tas, tu donneras à l’éditeur le prétexte qu’il cherche pour se débarrasser de ton dossier en disant « lui, il a besoin de travailler encore un peu ».

      Doivent-elles se suivre ? C’est mieux parce que ça te permet de mettre en avant ton sens de la narration d’une page à l’autre. Note que certains éditeurs tiennent à voir le début aussi, quitte à en demander d’autres pour en voir plus (toujours un bon point).

      Une idée, ça ne se protège pas. Un moyen facile et pas cher de protéger tes écrits, c’est de publier ton dossier toi-même, comme si tu faisais un fanzine en cinq exemplaires. Tu envoies les photocopies au dépôt légal (bibliothèque nationale et préfecture dont tu dépends), tu reçois un reçu et hop. Tu as aussi l’enveloppe Soleau qui coûte une quinzaine d’euros. C’est un dispositif qui sert de point d’appui pour les premières négociations autour des brevets d’invention. Mais on peut le détourner pour protéger un projet de BD.

      Sinon, ta meilleure protection, c’est la qualité de ton travail. Si tu es bon, les éditeurs te demanderont d’écrire toi-même ta BD. Et si tu es mauvais, ils n’iront pas copier tes idées, de toute façon.

  • JIm

    Bonjour,

    J’ai 3 planches finalisées à montrer à un éditeur et l’étude des personnages.

    1ere question : je n’ai pas de synopsis à envoyer car je travail sur un projet Humour 1 gag par planche.cela pose-t-il problème?

    2eme question à supposer que le projet plait à l’éditeur ne voudra-t-il pas voir le scenario de tout le tome? car je n’ai pas encore écrit 46 gag( seulement 8)

    Merci

    • Salut Jim,

      Pour répondre à tes questions :

      1 : même en un gag par planche, tu dois pouvoir présenter un concept général en guise de synopsis.
      2 : à mon avis, un éditeur devrait se contenter de 5-10 scripts de très bonne qualité avant de signer.

  • bonjour,

    je fais une BD qui raconte une histoire très courte d’aviation mais j’arrive pas à le faire publier chez un éditeur et c’est que il y a des éditeurs qui aspect ce genre de projet.

  • Sylvain

    Bonjour, je vous écris directement ici comme convenu sur facebook !
    Nous sommes deux à écrire une bd et intéressés pour la partager avec des éditeurs, au moins pour avoir un avis, au mieux pour être publiés. Ma question principale est la suivante : quelles maisons d’édition seraient susceptibles d’être intéressées par un pitch mêlant science-fiction, fantastique et super-héros ? Merci !

  • Bonjoour Edmond,

    je me présente je suis un jeune étudiant de 23 ans fan de BD qui tente de croire en un futur possible dans le milieux de la bande dessinée.

    J’ai profiter d’une occasion pour rencontrer des éditeurs lors d’un salon qui m’ont tous conseillé de prendre contact avec d’autres personnes du métier.
    Alors je me lnce, et se serait pour savoir si il serait possible d’avoir un retour sur un projet (prêt à être envoyer en PSD) pour avoir quelque conseil, des directions à prendre dans le futur?

    Merci d’avance.

    • Salut Arnault. Le conseil des éditeurs est très bon. S’ils t’ont dit ça, c’est sans doute que tu n’étais pas encore prêt à être publié (sinon, ils t’auraient proposé quelque chose de concret). Je t’encourage donc à prendre des contacts sur les forums réservés aux bédéastes amateurs, voire au professionnels qui sont à la recherches de nouveaux collaborateurs.

  • fanny

    bonjour, j’ai 17 ans, je ne suis encore que débutante dans le domaine de la bd, mais pas du dessin, je n’ais pris aucun cours, j’ai commencé ma bd en 2011, je suis très isolé par rapport à sa, je n’ai jamais étais dans un salon de bd, ni même jamais vue d’éditeur et ma vie est basé que sur le dessin et les histoires. j’aimerais avoir un avis et des conseils d’éditeur pour pouvoir progresser, comment je pourrais avoir tous sa ?
    Merci.

    • Je te conseille de participer aux forums de discussions fréquentés par les auteurs de BD amateur. Tu pourras obtenir des avis qui t’aideront à avancer. Et va dans les salons BD pour montrer tes planches et demander qu’on te pointe du doigt leurs défauts.

  • Pierrehans

    Bonjour je voudrais envoyer un dossier à un éditeur, mais je ne sais pas dessiner. Est ce que peux quand même envoyer mon scénario? Et si oui combien de page?

    • Salut Pierre. Si tu ne sais pas dessiner, je te recommande de commencer par trouver un dessinateur qui saura illustrer ton scénario. Sinon, aucun éditeur ne regardera ton dossier. Ils sont éditeurs de BD, et ne regardent que des projets de BD avec des planches démo. Seuls les scénaristes qui ont fait leur preuve peuvent se permettre de proposer des dossiers sans dessinateurs. Mais il s’agit des vedettes, pas des scénaristes « lambda ». Bref, sans dessinateur, tu n’as pratiquement aucune chance.

      Donc, soit tu deviens romancier, soit tu pars en quête d’un dessinateur. Pour ça, le plus simple est sans doute de passer des petites annonces sur les forums de BD, ou de lire ces mêmes annonces. Il n’est pas rare qu’un dessinateur amateur cherche à collaborer avec un scénariste. C’est un bon début.

      Tu peux aussi contacter des fanzines BD et proposer tes services. C’est une très bonne école.

  • camcamxoud

    Bonjour,
    J’ai une idée de BD qui me trotte dans la tête depuis un bon moment et j’ai l’idée principale du scénario.
    J’ai commencé à dessiner les premières cases sur papier sous forme de croquis. Je les dessine ensuite sur l’ordi à l’aide d’une tablette graphique.
    Mon projet était de dessiner case par case pour ensuite les mettre sous forme de planche.
    J’aimerai savoir si les éditeurs accepte ce genre de travail où les dessins, les bulles et les couleurs sont entièrement numérique?

    • Bien sûr : peu importe ton processus créatif, c’est sur le résultat final que tu seras jugée par les éditeurs. Donc si ta planche est présentable, pas de problème.

  • Alexia et Marie

    Bonjour, nous sommes à deux pour essayer de créer une BD et nous avons 14 ans. Notre histoire est plutôt tournée vers les adolescents et nous ne savons pas quelle maison d’édition serait la meilleure pour nous. 2è point assez important, la BD sera à priori en anglais, et nous nous demandions si les BD en anglais avaient ne serai-ce qu’un peu de succès en France… Ou sinon, est-ce éventuellement probable qu’une BD d’origine française soit publiée dans un pays anglophone ?
    Merci beaucoup.

    • Si vous lisez des BD pour ados, le plus simple est de soumettre votre projet aux maisons d’éditions qui publient le genre de BD que vous achetez vous-mêmes. Est-ce qu’une BD en anglais marchera en France ? Non, pas suffisamment pour payer votre travail. Si vous bossez en France, il faut travailler pour le lectorat francophone. Si vous visez le marché international, pourquoi pas. Mais ça risque de compliquer vos démarches de prospection.

  • Bonjour je commence une Bande dessinée et ma question concerne le dossier à envoyer aux éditeurs .

    Parmis toute les choses à faire pour le dossier , il y à le story-board !
    Combien de planche « story-board » faut t-il faire pour le dossier ?

    Merci

    • Autant que tu veux. L’important, c’est surtout qu’il y ait au moins trois vraies planches de BD crayonnées et encrées. Après, un board est toujours plus sympa à lire qu’un synopsis. Et si ton style est très dynamique, c’est un avantage de le mettre en valeur via le story-board.

  • prince

    salut je tient a te dire merci pour les démarche a suivre quand a l’envoie d’un dossier au éditeur mais j’aimerai te poser deux question la premiere es ce qu’il est judiciable d’envoyer son projet bd a plusieur maison d’edition et la deuxiemme concerne le pitch je veut savoir si le pitch joue un role fondamentale pour que les éditeur se penche sur votre dossier

    • Salut Prince. Alors pour faire simple : oui, si tu ne connais personne en particulier dans une maison d’édition, pour commencer, le mieux est d’arroser large, pourvu que l’éditeur que tu vises ait déjà publié une BD similaire à ton projet. Ensuite, le pitch, c’est évident qu’il joue un rôle important. Pourquoi ? Tout simplement parce que la personne qui fait le tri des dossiers de projets que reçoit sa boîte réceptionne plusieurs dossiers CHAQUE jour. Elle doit donc en éliminer beaucoup. Si ton pitch (en gros, les trois phrases d’accroche qui sont sur la couverture de ton dossier) est mal foutu, hop, à la poubelle. Direct. Donc bon, il faut s’appliquer.

  • Teika deless

    bonjour j’ai des question a poser ses que j’ai crée une histoire et un bd et tout et j’aimerais envoyer et avoir des avis comment je pourrais faire pour avoir ton les renseignement

  • Nicolae Cravcenco

    est ce que je pourrais envoyer ma bande dessiné a DC comics ou Marvel ?