Concevoir et réaliser une BD (du script à l'album)

J’ai reçu en cadeau de Noël plusieurs ouvrages dédiés aux bédéastes. Je viens de finir la lecture de « Concevoir et réaliser une B.D. » écrit par Mike Chinn, traduit et adapté (enrichi, devrais-je dire) par l’incontournable Jean-Paul Jennequin, et publié par les éditions Eyrolles. Dans la vie, on apprend toujours et la formation continue, ça existe aussi pour les auteurs de bande dessinée.

L’auteur y aborde des notions de bases indispensables à la création d’une BD. Ou d’un comic book, en l’occurrence. En dehors des points évidents, Mike Chinn propose quand même quelques conseils utiles. Voici mes cinq préférés dans la liste qu’il établit.

  1. Gare aux découpages audacieux qui nuisent à la bonne lecture d’une planche de BD. Avant toute considération esthétique, l’objectif primordial de la narration graphique est de raconter une histoire.
  2. Une astuce pour diriger le regard du lecteur dans la direction souhaitée : la direction du regard d’un personnage au premier plan d’une vignette induit la direction du regard du lecteur.
  3. Lors de la création des personnages d’une intrigue, l’auteur doit s’interroger sur leur identité. Qui sont les personnages ? Qu’est-ce qui les fait réagir ? Quels sont leurs buts ? Pourquoi le héros fréquente-t-il le supporting cast ?
  4. Quand on utilise plusieurs personnages dans une histoire, il est souhaitable d’élaborer une fiche de suivi de chacun de ces personnages : apparence physique, relations avec les autres personnages, évolution au cours de l’histoire…
  5. Pour conclure, l’auteur nous propose enfin sa définition du pitch BD idéal pour séduire les maisons d’édition. D’abord, la description de l’ambiance (citer des films, des séries TV ou des bandes dessinées de référence). Ensuite, une présentation brève et efficace du personnage principal (on revient sur la question de son identité). Puis, une présentation du double effet Kiss Cool de l’intrigue (ce qui va accrocher le lecteur). Des indications sur le type de narration envisagée (utilisation de flash-back…). Enfin, finir avec des questions qui piqueront la curiosité de votre premier lecteur (l’éditeur de BD potentiel) et lui donneront envie d’en savoir plus. Attention tout de même à bien répondre à ces questions dans la suite du dossier (synopsis, etc.) que vous comptez remettre à l’éditeur.

Un ouvrage à lire pour les fans de BD qui se demandent comment on fait pour en fabriquer une. Un peu léger pour celui qui pratique déjà. Personnellement, c’est surtout l’aspect pédagogique qui m’a intéressé. Savoir comment présenter ma propre activité professionnelle, c’est un défi permanent.

  • — Voilà le genre de bouquin qui pourrait intéresser ma fille, et surtout une raison de plus pour aller visiter le stand des éditions Eyrolles à Angoulême;)

    • — Ah, la guitare…Elle en a une, mais est loin d’être passionnée…Non, le dessin avant tout, mais là ya le bac français, donc faut qu’elle bosse ses cours en premier, puis le dessin. Mais enfin en ce moment, ya pas un jour où elle n’essaye pas un petit croquis, ou un essai de couleurs, ou… Elle amènera quelques dessins sur Angoulême…

  • Oui, il sera très bien pour son âge et son expérience. Cela dit, si tu as déjà les bouquins de JimLainé et Sylvain Delzant, ça n’est pas une absolue nécessité. Elle veut faire quoi, dans la BD, ta fille ?

  • J’ai les bouquins de Jim, mais elle n’a fait que les survoler pour l’instant…Au moins sur le stand d’Eyrolles pourra t elle voir si ce bouquin l’intéresse ou non…Euh, dans la BD….Bonne question…^^Elle ne sait pas trop…. Elle dessine pas trop mal(c’est une de ses passions), elle écrit pas trop mal, mais de là à en faire son métier….Elle pense s’inscrire en architecture, ou faire une école de graphisme (sur Angoulême) ou tenter le professorat des écoles….Rien de bien défini encore….

  • De toute façon, quel que soit son choix, si elle opte pour une carrière artistique professionnelle, il faut qu’elle commence à y consacrer plusieurs heures par jour dès que possible. Et qu’elle se concentre dessus. Genre, si elle veut apprendre à jouer de la guitare en même temps et se consacrer à sa passion, le scrapbooking, ben faut laisser tomber l’aspect pro.