La promesse d’écrire

Souviens-toi de la promesse d'écrire que tu t'es faite !

Depuis tout petit, je sais que je veux écrire. Chaque année, à la rentrée, quand les profs nous faisaient remplir une fiche pour savoir qui on était, ce qu’on faisait, la profession de nos parents ou le métier qu’on voudrait faire plus tard, je répondais toujours plus ou moins la même chose : auteur de BD. En vérité, ce que je voulais vraiment au fond de moi, c’était devenir scénariste ou dessinateur des X-Men, mais bon, j’ai encore de belles années devant moi, et il n’est jamais trop tard pour bien faire.

J’aurais voulu être un artiste

Cette promesse d’écrire que je me suis faite depuis l’enfance, je l’avais un peu perdu de vue, ces dernier temps. En effet, avec le développement du studio MAKMA, je me suis retrouvé à traduire de plus en plus les histoires des autres, au détriment de l’écriture des miennes. Et ça, c’était au début de l’explosion de notre activité : aujourd’hui, j’ai beaucoup moins de temps pour traduire. L’essentiel de mon énergie passe dans la gestion des affaires du studio, dans la supervision de différents projets ou collections, ou dans le démarchage de nouveaux clients.

Alors qu’en 2020, avec les circonstances exceptionnelles que l’on sait, j’aurais pu dégager beaucoup de temps pour écrire, je me suis débrouillé pour travailler encore davantage en développant plus que jamais l’activité du studio MAKMA. Cette escalade est tellement grisante que ça peut paraître facile de renoncer à ses rêves. Mais je n’y arrive pas. J’ai toujours envie de raconter des histoires.

Raconteur d’histoires

Le troisième tome de mon manga L’équipe Z es terminé depuis 2019. J’ai travaillé sur quelques projets BD en vue d’un horizon plus ou moins proche : des zombies (Walking Dead est terminé, il me faut ma dose), du football (quelle surprise) et peut-être un thriller super-héroïque (de loin). Mais concrètement, ça ne me suffit pas. Je suis jaloux de mes confrères scénaristes et traducteurs Laurent Queyssi ou Alex Nikolavitch qui écrivent des romans. Ou de Jean-Marc Lainé et Jérôme Wicky qui écrivent des bouquins érudits. Alors moi aussi, c’est décidé, je vais écrire des livres sans images.

Pour le roman, ça ne sera pas tout de suite. Je dois d’abord m’entraîner en peu en écrivant des nouvelles. Peut-être que j’en publierai quelques-unes ici, je ne suis pas encore fixé sur la question. En revanche, j’ai un gros projet d’écriture non-fiction que je vais essayer de rendre un peu plus réel dans les mois à venir. Son sujet ? L’écriture, pardi !

Souviens-toi de ta promesse…